Mon premier Bartop

Un projet de borne d’arcade 100% personnelle
ET un projet zéro dépense (100% récupération).

Cet article décrit la réalisation d’une borne d’arcade de type bartop par un non bricoleur avec un esprit DiY (Fais le toi-même) un peu extrême car réalisation solitaire, sans aide et en matériaux de récupération.

Ceci n’est pas vraiment un tutorial ; Plutôt un retour sur expérience.

Photo du Bartop le 22/10/2017 au soir
Bartop DIY en bois et autres récupérations

–> La genèse :
Ayant un Raspberry Pi2 non utilisé et ayant de furieuses envies de tests divers, après beaucoup de lectures sur le Net, je me suis dit “Pourquoi pas moi ?!?” et, récemment, je me suis lancé dans l’aventure du bartop ou de la ‘borne d’arcade miniature’ ou ‘de salon’.

–> Le but :
Ceux qui me connaissent ne seront pas surpris ; je me suis fixé 2 objectifs “idiots” :
Non seulement je ne voulais faire aucune dépense*.
Et, évidemment, j’ai voulu corser le tout en faisant vraiment zéro dépense pour quoi que ce soit.

* : Laissant libre court à une pathologie personnelle depuis des années (l’accumulation et la récupération), l’idée de départ était “je devrais y arriver !
Avec tout ce qui traine dans le garage et ailleurs …”

Évidemment, en préambule, je dois vous dire de suite que ce projet, au titre du « zéro dépense », est un échec.
Pourquoi ?
Tout simplement parce qu’il a bien fallu que j’achète les boutons et Joysticks !!!
(Certains diront que sans ces éléments, ce projet n’aurait même pas pu voir le jour donc ce n’est pas un échec. Mouais …)

Je revendique alors un second échec :
En fin de création, j’ai dû me rendre à l’évidence que personne n’en avait à me prêter et que faire sans serait très difficile. J’ai donc acheté 2 mèches plates de diamètre 24 et de diamètre 30 pour un total de 7,5 euros LeroyMerlin.
(Mon ami ilou prétend que (je cite) “une mèches à bois, ce n’est pas une dépense, c’est un investissement

Bon,
Reprenons.

Dans la genèse du projet, le but étant « zéro dépense et 100% récup », j’ai essayé de faire le tour de mon garage et de mes accumulations.

Ceux qui connaissent doivent ricaner et dirent « en faire le tour ??? C’est impossible, on peut même pas y faire entrer un mec normal en entier dans son garage ! »

Pffff … Bon … OK … Ils n’ont pas tort.

Mais pas tort ne signifie pas avoir raison ; Na !

Bon, j’ai fouillé, j’ai farfouillé (j’ai aussi fait tomber, relevé, déplacé, … grogné … mais vous vous en fichez) …

  1. L’idée de départ était d’utiliser uniquement des chutes de MDF. J’avais un vieux tableau (réalisation maison en medium de 6 mm peint à la peinture tableau rose spéciale “tableau” il y a bien 8 ans) ayant servit un temps aux enfants qui était disponible (ce qui signifie “en vrac dans le garage”). Finalement, cette planche s’est avérée trop petite. Et puis … du medium de 6 mm … Autant dire que ce MDF était un peu léger. Vous verrez, j’ai évolué.
  2. La totalité des vis et des systèmes de fixation doit être trouvé dans les caisses et pots entassés
  3. Le système tournera sur Raspberry Pi, mais je dois faire un adaptateur secteur
  4. Je voudrais mettre un interrupteur, un connecteur pour câble d’alim, des ventilateurs, …

Pendant que j’y pense :
Autre difficulté de taille : ha, ben, oui ; je n’ai pas vraiment d’outils, pas vraiment (non, en fait, vraiment pas) d’atelier, pas de place.

Il va donc falloir que les découpes soient les plus simples possibles car à faire « à l’arrach’ ».

Première modélisation de la borne d’arcade

Bon, du coup, plutôt que les modèles dispos sur le Net qui sont tout en courbes et arrondis, si je faisais mes plans moi-même ?!?!?
Chiche ?
OK !

J’ai donc commencé à faire des croquis en griffonnant après avoir pas mal surfé sur le net pour avoir des objectifs en tête.
J’ai réalisé un premier croquis qui me semblait pas mal.

Voulant faire Le gars qui s’y connait, j’ai fait une modélisation 3D (ou un truc qui y ressemble) sous SketchUp.
Le résultat était plutôt “pas mauvais”.

Je rappelle que l’idée était d’avoir un modèle personnel et, surtout, des découpes droites puisque :

  1. j’ai une scie circulaire de merde  de base achetée en promo à Leclerc il y a environ cinq ans à … 20 €.
  2. J’ai également une scie sauteuse qui m’a servie pour des travaux d’aménagement, mais je connais bien les scies sauteuses pour savoir que ça coupe rarement très droit (en ligne) et que la lame peu s’incurver et partir légèrement de biais (sur l’épaisseur de la planche).

J’ai donc dessiné un modèle qui paraît facile.
J’ai quand même passé du temps à essayer de trouver des infos pour avoir les bons angles pour le “Control Panel” et pour l’écran.

Gagnant en « sagesse » avec l’âge, j’ai entrepris de réaliser un gabarit à l’échelle 1:1 de ma « création ».
Bien m’en a pris. Je me félicite grandement pour cette sagesse.
En effet, c’est juste énorme … donc … totalement nul. (pas sûr d’avoir des photos pour vous montrer)

J’ai donc repris mes côtés de borne pour les modifier légèrement afin de gagner en hauteur et en profondeur.

Photo du gabarit carton du bartop
Gabarit carton de la borne d’arcade

La réalisation du second gabarit m’a donné satisfaction.

Le volume total me semblait plus compatible avec l’usage et le rangement.

En effet, je ne joue jamais aux jeux vidéos et donc je ne sais pas trop ce que j’en ferai de cette borne.
Il faut donc, au minimum, qu’elle ne soit pas trop envahissante 🙂

Avec du carton de récupération (puisque je garde tout, même les emballages des gros achats), le 2ème gabarit m’a permis de bien tester les choses puisque la réalisation en carton a été totale.
Et j’ai évolué vers un 3ème gabarit en retirant la partie “Marquee” ; toujours dans l’idée gain de place.

Afin de visualiser le rendu final escompté, j’ai même posé l’écran (en équilibre sur des cales) pour affleurement au cadre.

Photo du gabarit carton avec système boutons et Joysticks en place
Gabarit carton du Bartop avec Boutons et Joystick

J’ai ensuite poussé le vice à tester l’intégralité du système après réception des boutons et JoySticks (achetés chez Amazon pour un total de 41,76 €).
A noter que les découpes des boutons ont été fait à la main, au cutter … (non visible sur l’image)

Comme vous le voyez, j’ai opté pour blanc et noir

J’ai pris 2 kits boutonsJoySticks ; chaque kit disposant de sa carte de contrôle USB pour plus de simplicité. On en reparlera plus tard.

Bref tout fonctionnait.

Il n’y avait que l’écran que je n’avais pas pu disposer de façon optimale, ne pouvant le fixer au carton un petit peu fragile.

Photo de la scie circulaire fixée pour en faire une scie sur table.
Scie circulaire fixée de manière solide à la planche de support
Photo de la scie sur table DIY
Ho, la belle table de sciage (ajout de traits de guidage, “au cas où”)

Aparté : Comme je n’ai pas les outils, j’ai passé un peu de temps à me faire une scie sur table avec ma scie circulaire, une chute de plaque de sol et des bouts de bois de récupération.

Franchement, y a mieux, mais c’est plus cher ; alors on va se contenter de ça pour le moment et ne pas investir dans du matériel. Non ?!?

Pour la mise en marche, j’ai bloqué le système en mode “marche” avec un fil électrique rigide qui tient la gâchette appuyée.

Ensuite, je mets la scie en fonctionnement simplement en appuyant sur l’interrupteur de la multiprise à laquelle elle est reliée.

 

Les 2 côtés en MDF de 6mm de récupération
Début des découpes du MDF

La partie réalisation pratique réelle a débuté par la découpe du médium mais avec un MDF de 6 mm, j’ai rapidement compris qu’il serait difficile de fixer les différentes parties entre elles. Toutes les vis (de récup) auront très peu d’accroche dans une épaisseur de 6 mm et rien ne va tenir. C’est là le début de la fin de la première version 🙂

Un temps, l’espoir à tenu sur le collage pour surépaisseur mais échec au vissage –> ça “arrache” un peu la partie collée car la vis affleure de trop. C’est là le début de la fin de la seconde version 🙂

J’ai donc envoyé un courriel à une amie ayant des connaissances à peu près aussi barrés que moi. On devrait bien trouver des chutes (note : les entreprises de menuiserie n’en ont pas car potentialisent leurs découpes ; j’ai tenté).

Bon, dans l’attente, j’ai trouvé, dans mon garage, des restes du parquet que j’avais posé il y a quelques années (oui, Madame avait dit de jeter ; oui, je suis un vilain qui n’obéit pas ; oui, j’ai eu raison). C’est le début de la vraie version 😉

Aparté :
C’était un parquet flottant en chêne mais avec du chêne non massif (à cause du prix) ; simplement du contre-collé sur bois moins nobles.

Contre-collage MDF sur parquet
Positionnement du MDF sur les chutes de parquet pour contre-collage

En effet, nous avions voulu nous affranchir du contre-collé sur MDF pour ne pas avoir trop trop de substances toxiques dans les chambres des enfants … Tout en ayant visuellement un beau et vrai bois.

Ayant réussi à emboîter différentes chutes de manière à pouvoir découper les deux côtés (pas beaucoup de chutes de parquet), j’ai simplement contrecollé le MDF déjà découpé pour pouvoir faire les découpes précises (j’ai trois lames de parquet par côté ; autant bien les tenir ensemble. Au final, pas satisfait de ce choix mais ça a été utile/pratique.

Ces découpes faites, j’ai réalisé des entraxes avec des chutes de parquet afin de pouvoir maintenir les choses comme il fallait.

Évidemment, pas assez de bois pour faire un fond et un arrière …
Bon, le “fond” sera fait d’un bout de MDF d’une ancienne décoration de chambre d’enfants qui devrait être à la déchetterie depuis plus de 5 ans (sur les photos, c’est la plaque violette ou parme).

Fixation de l’écran avec système VESA et équerres de base.

J’ai tout de même sauvé un bout qui passait pile poil en hauteur et largeur pour faire support d’écran.
Après prise précise des mesures (me suis appliqué), j’ai percé 4 trous au foret à bois de 6 et utilisé un foret pour métal de 10 afin de réaliser un fraisage pour mes têtes de vis (vis de récupération évidemment).
La fixation est tout bêtement faite avec 4 équerres (équerre chaise acier zingué) récupérées lors du démontage de placard que j’avais réalisé avant les derniers travaux (pour info, ça coûte un truc genre 35 centimes l’unité chez Leroy-Merlin si vous n’en avez pas).

Mon premier projet était tout simplement de faire des découpes toutes bêtes et d’essayer de masquer comme je pourrais les côtés (côtés pas beaux puisque, je le rappelle, c’est du contre-collé) et non du massif.

Photo du bartop assemblé avec découpes des angles pour meilleur rendu visuel
Modification des angles pour tenter le 45°

Au final, utilisant la scie circulaire à onglet d’un ami qui peut scier à 45°, j’ai tenté ma chance dans les angles.

Chose assez facile pour la barre du haut et la barre avant du panneau de contrôle (où il y aura les boutons Start et Select) : un simple coup de lame à 45° et Zag ! C’est bon ! (bon, en faisant attention à arriver juste au bord afin de ne pas raccourcir la planche puisque je n’ai plus de bois si je me rate …

La partie beaucoup plus compliquée a été de réaliser les 45° sur les côtés du bartop puisque, évidemment, avec des formes aussi difformes, il est juste impossible de faire les découpes d’un seul coup.

J’ai donc pré-découpé ce que je pouvais dans un sens puis dans l’autre … et … dû finir à la scie à main (égoïne et scie à métaux), au cutter, à la ponceuse, …

Pour poncer, j’ai utilisé une ponceuse excentrique de base : c’est-à-dire ma vieille perceuse (vieille de 15 ou 20 ans) avec un vieil embout (disque) de ponçage et des restes de papiers de verre que j’ai retrouvé dans une caisse. (sans blague, ça doit avoir entre 10 et 15 ans, au moins)

Système plastique permettant de fixer 2 planches à angle droit
Dispositif de fixation rapide et propre

Ben quoi, j’avais dit « objectif zéro dépense ».

Content ! Ça a plutôt pas mal fonctionné ! (pour un mec qui n’y connait rien, si ! Les menuisiers, arrêtez de rire.)

Tiens (Tenez), d’ailleurs, pour les fixations, j’ai utilisé des dispositifs récupérés dans un sac de bazar déposé par mes parents (ils savent que je récupère/recycle tout). Ces petits choses viennent d’aménagement de placard et sont très pratiques à condition d’avoir les bonnes vis (il y en avait dans ledit sac de récupération).

Pour le Control Panel panneau de contrôle, je suis resté sur la planche de MDF de 6 mm en utilisant des renforts dans le bartop.

Et pour faire un côté un peu « plexi » (et avoir une épaisseur plus importante), j’ai utilisé une planche plastique récupérée dans une vieille télé LED que j’avais démontée (pour récupérer le métal, les vis, les hauts-parleurs, …) puisqu’elles étaient HS.

Finalement, à force de la mettre/enlever pour les essais (je bosse par petites périodes donc c’est plus brouillon et générateur de souci), cette plaque s’est abimée et je suis partie sur un truc tout couillon (idem pour le cadre d’écran) : du carton de calendrier que j’ai recouvert avec des chutes de papier spécial rénovation mural (papier épais et pré-peint).
Ensuite, juste un coup de peinture grise (vieux reste d’un vieux pot limite utilisable ayant servi dans la chambre du n°3).

Pour la partie “logicielle”, j’utilise RecalBox.
Pourquoi ?
Parce que c’est plus léger que RetroPie (enfin, je pense) et parce que c’est FRANÇAIS, comme moi.
Je dois juste avouer que j’ai été embêté par mon écran (donné) car il est en DVI (ouf, j’ai un adaptateur inutilisé) et que la liaison ne se faisait plus après la première séquence de démarrage.
En fait, il suffit de le savoir : il y a une astuce pour connecter Recalbox à un écran DVI. C’est plus facile une fois qu’on le sait !

Autre conseil du couillon qui s’est fait avoir :
Faites TRÈS attention lors de la mise en place des boutons et Joysticks : on a vite fait de faire une erreur d’inversion de câble et/ou de retournement de Joystick à force de mettre le panneau de contrôle à l’endroit puis à l’envers puis ..
Et là, c’est juste impossible de s’en sortir car le système reconnait que les 2 joueurs sont les mêmes systèmes et applique le “mappage” du joueur 1 au joueur 2 … qui ne réagira pas pareil.
Donc, veillez à tout bien câbler à l’identique !!!
J’ai honte ?
Un peu. Mais après tout, de l’erreur nait l’apprentissage (ou l’apprentissage parait difficile sans erreur). L’erreur me parait être un matériau nécessaire à la construction du savoir. Et là, oui, j’ai appris de mon erreur (ça ma coûté une dizaine d’heures de tests dans tous les sens tout de même).

Photo du bartop vu de derrière
Aperçu arrière du bartop ; à finir …

–> Conclusion :
Oui, c’est terminé au sens où c’est fonctionnel. Visuellement, “ça le fait” quand c’est posé contre un mur ou qu’on le voit de face.
Non, ce n’est pas fini puisque je n’ai pas réalisé le fond (donc pas installé la fermeture à clef récupérée sur une boite aux lettres).
Non, ce n’est pas fini puisque je n’ai pas installé le système de connecteur d’alim ni l’interrupteur récupérés sur une imprimante.
Non, ce n’est pas fini puisque je n’ai pas trouvé de vieux Hauts Parleur pour disposer d’une molette de modulation du son en façade (parfois, la musique est un peu énervante pour les autres).
Non, ce n’est pas fini puisque …

Hé, vous savez quoi ?
J’ai déjà envie d’en faire un autre avec des tas d’idées d’amélioration.
Mais pour ça, faudrait que je dispose d’un atelier et de temps.
Quelqu’un peut m’aider ???

Édition du 21/03/2018 :
Dimanche soir et mardi (hier) soir, je m’y suis remis.
Ménage interne avec réagencement + réalisation d’un fond + intégration de dispositifs complémentaire (système électrique avec fiche d’alimentation ATX type 3 broches, prise réseau, ventilateur, …)
Ceci est visible sur l’article complémentaire “Mon premier Bartop – Suite

A propos de Alban

Papa de 4 enfants étant lui même resté un enfant. Tombé par obligation dans l'informatique à 22 ans pour le boulot et s'étant "un peu" pris au jeu ... Pas un génie de l'informatique (loin de là), mais intéressé et carrément orienté Linux et entraide.

2 commentaires à propos de “Mon premier Bartop”

  1. Rétroliens : Mon premier Bartop – Suite – TREVILLY.COM

  2. Rétroliens : Transformateur Micro-USB maison – TREVILLY.COM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*